Beagle-Harrier 


Race de création française, au XIXème siècle issue théoriquement d’un croisement entre le Harrier et le Beagle, mais avec une infusion de sang briquet français, le Beagle-Harrier est un chien harmonieux , bien bâti, équilibré , élégant , avec moins de puissance et d’ossature que le Harrier, avec une oreille attachée plus finement que celle du Harrier, sur la ligne de l’oeil, moyennement longue tout en restant assez large à sa partie moyenne, pour tourner uniquement au niveau de son extrémité inférieure. Sa tête ne doit pas être chargée, le chanfrein ne doit pas être pointu ou avoir un excès de lèvre, le crâne ne doit pas être trop large. Le standard de la race a été particulièrement bien précisé dès 1987. Excellent dans les voies les plus variées :lièvre, renard, chevreuil , sanglier, le Beagle-Harrier constitue de très nombreux équipages en France, cette race, désormais bien fixée, a gardé les qualités de chasse des premiers Beagles-Harriers du baron Gérard (à la fin du XIXème siècle). Il est particulièrement utilisé actuellement pour la chasse du chevreuil à tir.


Le standard du Beagle-Harrier
(adopté par la Commission des standards de la Fédération Cynologique Internationale à Vienne, le 6 octobre 1987)

Aspect général :
Chien médioligne, harmonieux, équilibré, distingué, leste et vigoureux

Tête :
Moyennement forte, avec cependant un crâne assez large et assez volumineux. Protubérance occipitale à peine marquée. Chanfrein plutôt droit, mais jamais busqué, sans stop accusé.

Museau :
Sa longueur est sensiblement égale à celle du crâne. Jamais carré, mais en profil effilé sans cependant être pointu

Babines :
Recouvrant la mâchoire inférieure

Truffe :
Développée et de couleur noire

Yeux :
Bien ouverts de couleur foncée, donnant une expression franche, vive et intelligente

Oreilles :
Plutôt courtes et demi-larges ; leur attache se situe sur la ligne de l’oeil. Elles sont légèrement arrondies dans leur partie moyenne ; elles descendent plates le long du crâne pour tourner légèrement à leur partie inférieure en léger ovale

Cou :
Dégagé quoique bien attaché aux épaules, légèrement arrondi de profil à sa partie supérieure

Epaules :
Longues, obliques et musclées

Membres :
Forts et parfaitement d’aplomb

Pieds :
Ni trop longs, ni trop allongés mais serrés avec des coussinets épais et durs.

Hanches :
Bien détachées, obliques et fortes

Cuisses :
Bien descendues, gigotées et musclées

Jarret :
Près de terre et bien dirigés

Poitrine :
Bien descendue mais jamais trop plate, ce qui ne réduit pas trop la cage thoracique. Sternum bien prolongé en arrière. Les fausses côtes, sans être cylindriques, doivent cependant être longues et assez cerclées pour constituer une cage thoracique suffisante

Dos :
Court, bien soutenu et musclé

Robe :
Tricolore (fauve à manteau noir et blanc ) , sans attacher d’importance au manteau avec feux plus ou moins vifs ou pâles ou charbonnés. Puisqu’il existe des Harriers gris, les tricolores gris ou les blancs-gris ne sauraient être disqualifiés ni pénalisés du seul fait de leur couleur.

Allure :
Souple, vive et franche

Taille :
De 0,45 m à 0,50 m

Défauts :
Apparence craintive, molle ou inintelligente :tête trop lourde, stop trop accusé, chanfrein busqué, museau trop court et carré, museau trop pointu ; oreilles papillotées, rappelant une fusion de sang français ; truffe ladrée, prognathisme, pieds plats et écrasés, scrotum dépigmenté.



Chien à donner

  
 
 

cliquer ici



Albums

-Extraits de la revue 78 Nationale d'élevage 2014


-Equipages


Autres domaines de compétences de nos chiens

-Vidéos




Club Français du Beagle, Beagle-Harrier et Harrier© 2011 - Mentions légales - Plan du site
Création de site internet: Cianeo